Service gratuit et accessible Ă  tous

Créer un blog pro

PRESENTATION - BIDJOUKA - CAMEROUN - PRESENTATION - BIDJOUKA - CAMEROUN 

           ACCUEIL              PRESENTATION                  ALLER  A  BIDJOUKA            VIVRE  A  BIDJOUKA                   CONTACT                 

 

 BIYIERMAM                                                                        

      BIYIERMAM                              Les chutes de Leptsobi Ă  Bidjouka (mot bassa signifie riviĂšre poissonneuse)

                                                           

 

                                                                  <==              Connais - tu mon beau village ?                             ==>

 

 

Bidjouka, petit village situĂ©, entre Lolodorf et Kribi Ă©tait d'abord habitĂ© par des bassas et des bakokos ! Ces deux peuples vivent de nos jours dans les provinces du centre  sud et du littoral. Bidjouka comme la plupart des villages du sud Cameroun a deux principaux groupes ethniques qui vivent ensembles : les pygmĂ©es et les bantous (ngoumba, fangs, boulous). Les ngumbas sont liĂ©s aux Maka de l’Est du Cameroun et habitent une zone allant de Mbangou, sur deux axes :l’axe routier Lolodorf-Ebolowa, Ă  kribi et l'axe routier Milongo Nkoampboer Lolodorf Ă  Kribi; et ce  sur un rayon d’environ 100 Ă  200 kilomĂštres. C’est l’aboutissement d’une longue sĂ©rie de migrations qui les a conduits du nord du Cameroun aux rives du Nyong et de la LokoundjĂ© .Une partie de ces migrants s’est installĂ©e  au Cameroun, l’autre a continuĂ© sa pĂ©rĂ©grination au sud de la rĂ©gion de Bata, dans la zone continentale de la GuinĂ©e Espagnole au dĂ©but du XIXe siĂšcle. Ils sont connus sous le nom de Bissio ou Bujeba. Les Mabea, les Maka et les Ngumba du Cameroun et leurs parents Bissio de GuinĂ©e Espagnole sont identifiĂ©s sous le gĂ©nĂ©rique «Mekuk» (terme BĂ©ti). Ils se sont installĂ©s sur leurs sites actuels pour se rapprocher de la mer et acquĂ©rir du sel. Ntounga Nzhiou a menĂ© ce mouvement au Cameroun pour le compte des Ngumba. À ce point, les Ngumba de Bipindi sont  Ă  75 kilomĂštres de l’Atlantique, leurs proches, les Mabea sont installĂ©s de Kribi Ă  Campo et Londji ; les membres du mĂȘme groupe Mekuk, les Bissio, habitent la rĂ©gion de Bata, le long de l’ocĂ©an.Ils partagent un paysage de forĂȘt. Ce voisinage a des incidences rĂ©elles sur les Ă©vĂšnements engageant la vie et les mouvements des populations des deux territoires. Une des vagues Ngumba serait originaire du Congo, entrĂ©e par l'est du Cameroun en s'installant d'abord Ă  Bongolo, Messamena, ils migrent vers Bikalla l'un de leur premier site pendant la pĂ©riode coloniale avec la crĂ©ation de la route Bipindi-Lolodorf. Puis sous  leur chef de groupement  NTOUNGA NZHIOU   ils s'installent Ă  Bidjouka ! Ah l'Ă©poque des guerres tribales. Ils combattent les bassas et les bakokos  qui se replient Ă  Bipindi, Memel, BilaĂŻ, Bella, EdĂ©a et EsĂ©ka. Les vestiges des bassas et bakokos sont encore prĂ©sents  dans ce village: le nom Bidjouka  auparavant Ă©tait "Bidjocka"(du nom du chef des bassas) et la riviĂšre "lep tsobi" (en bassa riviĂšre poissonneuse) oĂč est implantĂ© le chĂąteau d'eau qui ravitaille les habitants en eau potable. Autant de signes qui justifient le passage des bakokos bassas Ă   Bidjouka. Les boulous auraient connu deux fronts de migrations : un groupe migratoire venu de NgaoundĂ©rĂ© (Adamaoua) vers le sud en traversant le fleuve sanaga, et un groupe de la Centrafrique qui arrive de Bertoua. Ces deux s'installent d'abord Ă  Ă©nongal avant de migrer vers la mer Ă  la quĂȘte du sel. Les fangs quant Ă  eux sont originaires du Gabon, passent par Ebolowa pour s'installer Ă  Bidjouka.

 

                                                                                       

                                                                   Une petite historique de la langue ngumba kwassio

 

Village de la province du sud Cameroun (chef-lieu Ebolowa) et du dĂ©partement de l’OcĂ©an dont le chef-lieu est Kribi, localisĂ© dans la partie nord-ouest, Bidjouka est situĂ© Ă  3°06 de latitude nord et 10° 28 de longitude Est. 

MalgrĂ© la prĂ©sence des autres tribus, le village reste dominĂ© par les Ngumba. PeuplĂ© d'environ 5000 Ăąmes, Bidjouka se prĂ©sente aujourd’hui comme le plus grand village du dĂ©partement de l’OcĂ©an . La  population pratique en prioritĂ© l’agriculture. Il y a un secteur exclusivement dominĂ© par la culture du cacao et un secteur constituĂ© par une variĂ©tĂ© de cultures  vivriĂšres : macabo, plantain, banane, manioc, igname, patate, taro, arachide, maĂŻs, concombre, gombo, piment, tomate, haricot, ndolĂš, mango et diverses variĂ©tĂ©s de lĂ©gumes...  ces produits vivriers sont de plus en plus commercialisĂ©s, ce qui assigne Ă  la production vivriĂšre un objectif de subsistance et un objectif de petit commerce.

Selon les archives de la chefferie, le chef supĂ©rieur Ngumba de l'ethnie NTI Ă©tait venu de Bongolo avec plusieurs autres ethnies. Il y en avait qui Ă©taient  esclaves,  guerriers et conseillers. De nos jours il y a un malaise Ă  rappeler Ă  un jeune de Bidjouka le statut d'esclave de ses grands parents. Si l'on remonte le temps, les ngumbas sont liĂ©s aux Maka de l’Est du Cameroun et habitent une zone

allant de Mbango, sur l’axe routier Lolodorf-Ebolowa, NkoumĂ©la Nkoambpoer, sur l'axe EsĂ©ka-Lolodorf Ă  Ndtoua, sur un rayon d’environ 100 kilomĂštres

 

                                                            L’ORGANISATION SOCIALE

 

                               

                                          La maison Communautaire de Bidjouka sorte de centre culturel

 

L'espĂ©rance de vie est d'environ 50 ans Ă  Bidjouka, village  d'environ 14 km est divisĂ© en quartier, partant de Lolodorf pour Kribi nous avons :

bikassa bi ba (quartier des deux ponts),

foer puma ( quartier oranger),

bambi (habrite l'Ă©glise catholique et une Ă©cole primaire),

long trait gĂ©nĂ©ralement appelĂ© long (rĂ©sidence principale du chef de groupement ngumba, siĂšge du marchĂ© du cacao, du centre d'Ă©tat civil, du dispensaire, de l'Ă©cole primaire, du foyer culturel, de l'Ă©glise protestante EPA et d'un chĂąteau d'eau (don des DANOIS)). C'est le siĂšge des institutions de Bidjouka;

NguiĂš malendi ou Bidjouka Condor( quartier de la palmeraie, trĂšs habitĂ© par des fangs),

guiĂŽ ( quartier de l'arbre qui produit du karitĂ©).Actuellement grĂące Ă  une Ă©lite ministre originaire de ce quartier il y a un C.E.S 

N'woungou ( quartier du bambou de chine)

 

                                                                

                                                                   Les paysans de Bidjouka                    Association des femmes de Bidjouka centre

 

L'organisation sociale s'articule autour d'une institution: la chefferie, qui reprĂ©sente Ă  la fois l'autoritĂ© traditionnelle et l'autoritĂ© de l'Ă©tat. La chefferie est calquĂ©e sur un modĂšle de divisions claniques et/ou de regroupements de familles ayant un ancĂȘtre commun. A bidjouka , il y a une hiĂ©rarchie du pouvoir : le chef du groupement, un chef de village, les notables et les administrĂ©s.

 

Les croyances sont multiples et cohabitent en parfaite harmonie: catholiques, protestants, presbytĂ©riens (Camerounaise, Africaine), orthodoxes, nĂ©o-apostoliques, adventistes, pentecĂŽtistes, tĂ©moins de JĂ©hovah, bouddhistes, baptistes, brahmanes, rĂ©veils et animistes*(l'homme ngumba  faisait avant l'arrivĂ©e du christianisme le culte des ancĂȘtres auquel il reste encore attachĂ© sous une certaine forme. Chez les Fang et les ngumba du Cameroun et du Gabon le culte du Byeri( culte des ancĂȘtres) constituait le noyau de la vie religieuse et sociale du groupe familial. Il Ă©tait le centre d'un systĂšme de croyances et de rites. On accordait une dĂ©votion particuliĂšre aux reliques d'ancĂȘtres importants de la lignĂ©e, garants de la protection et de la survie du groupe. Leur prĂ©servation se faisait grĂące aux figures de reliquaire, ces reliquaires Ă©taient constituĂ©s de deux parties : 

- La boĂźte coffre en Ă©corce qui contenait les reliques osseuses,

- La figure qui surmontait la boĂźte (la tĂȘte de la statue)

Ce rare ancĂȘtre masculin, figure de reliquaire caractĂ©risĂ© par l'utilisation de plaques de cuivre qui recouvre son corps est typiquement Ngumba *

 

Les infrastructures Ă©ducatives et sportives locales: une Ă©cole primaire existe, un collĂšge d'enseignement secondaire. Un terrain de foot existe dans chaque quartier, le grand terrain Ă©tant au quartier long trait accueille tous les grands matchs inter-village et la plupart des grands Ă©vĂšnements socio-politiques.

 

Infrastructures sanitaires: prĂ©sence d'un centre de santĂ© et d'une pro pharmacie.

 

Autres infrastructures et Ă©quipements :

 

L'Ă©lectricitĂ©, plusieurs  mĂ©nages disposent de groupes Ă©lectrogĂšnes de petite puissance pour assurer l'Ă©clairage domestique ainsi que des plaques solaires. En gĂ©nĂ©ral l'on s'Ă©claire Ă  la lampe tempĂȘte. Pour la cuisson des aliments on a recours au feu de bois et au four Ă  gaz (surtout pour les retraitĂ©s). Ces derniers temps une certaine  information faisait Ă©tat d'une Ă©lectrification villageoise en cours de rĂ©alisation par l'Ă©tat Camerounais. 

L'annĂ©e 2017 a vu naĂźtre le RĂ©seau TĂ©lĂ©phonique MTN ainsi que Internet, enfin Ă  Bidjouka. Ce grand village a fait un grand pas vers l'avant dans le concert des villages planĂ©taires. Bravo aux autoritĂ©s et aux forces vives qui ont participĂ© Ă  l'Ă©laboration de ce projet. 

 

L'eau potable, il y a une adduction d'eau gravitaire avec distribution dans les bornes fontaines. A bambi un quartier de bidjouka, l'association Kwassio ocean gospel de Lyon France a fait rĂ©cemment un don d'une borne fontaine Ă  une Ă©cole  

                                                                                                 

 

BibliothĂšque, ouverte pour les Ă©coliers par un entrepreneur hĂ©las dĂ©cĂ©dĂ© ClĂ©ment Kumba, cette bibliothĂšque  sert aussi de centre culturel et de tribunal coutumier.

 

HĂŽtel ? juste une auberge qui se trouve au pied des chutes d'eau de lep tsobi. Selon des touristes cette auberge est trĂšs bien tenue, trĂšs propre.

 

CuriositĂ©s du village: chutes d'eau de lep tsobi et le pied de dieu Ă  la limite mbikiliki Bidjouka, match de foot et la danse des pygmĂ©es  

                                          

 

Commerce ambulant trĂšs pratiquĂ© par des ressortissants de l'ouest ( bamoun et bamilĂ©kĂ©)  et du nord (haoussa et arabe choa). PrĂ©sence aussi de quelques Ă©piceries traditionnelles.

 

On constate une  baisse de la scolarisation aprĂšs le CM2. Le LycĂ©e  d'enseignement gĂ©nĂ©ral est Ă  Bipindi (chef lieu d'arrondissement,10km de bidjouka). Depuis peu, il y a un C.E.S (collĂšge d'enseignement secondaire) qui a vu le jour grĂące Ă  une Ă©lite Ministre  de Bidjouka Gilles DorĂ© Ndongo.  Quelques  Causes de la baisse de la scolarisation : Grossesses prĂ©coces chez les filles, prise de responsabiltitĂ© chez des garçons (travaux des champs, devoir conjugal) et un manque total de ressources pour l'achat de fournitures scolaires et de logements, chute du prix du cacao! Manque criard de maĂźtres et de professeurs. Fort taux d'alcoolisme et le poids de la tradition (mariages forcĂ©s connus sous le nom de mariages arrangĂ©s).

 Les habitats sont construits le long de la route selon la mĂ©thode imposĂ©e par les  allemands pendant la "colonisation". Les matĂ©riaux de construction  utilisĂ©s sont: Poto poto ou poro poro ( mĂ©lange de terre et d'eau eau), des  bambous de chine, du bois et du raphia. Avec l'arrivĂ©e des retraitĂ©s dans  le village, les constructions se font de plus en plus avec des matĂ©riaux modernes ( tĂŽles ou tuiles, parpaings ou briques de terre cuites, bĂ©ton etc!!!!). Il faut dire que l'enclavement de la rĂ©gion dĂ»  au manque de route bitumĂ©e ( que les politiques ne cessent de promettre la rĂ©alisation) ne permet vraiment pas Ă  la population bidjoukoise de se dĂ©velopper et de se sentir Ă©panouie. Pendant les saisons de grandes pluies, la vie connaĂźt de sĂ©rieuses perturbations tant Ă©conomiques que sociales.                                        Photo maison poto poto          ElectricitĂ© bidjouka

 

                                     

                              Maisons en terre battue ou en Poto Poto                                                         PrĂ©sence des Poteaux Ă©lectriques

 

QUELQUES ENFANTS DE BIDJOUKA SE SONT ILLUSTRES DANS DIFFERENTS DOMMAINES : 


 PUBLICATION DES LIVRES 

 

JEAN CARLETTO BOPOUNGO : L'insertion Professionnelle des jeunes en échec scolaire - le projet des Z'héros.

 

ROBERT NGOUN BIZO : Comment crĂ©er une entreprise Commerciale dans le domaine du Spectacle Vivant en Afrique Francophone et Spectacles vivants au Cameroun: De la production Ă  l'organisation d'une tournĂ©e.  (Aimey BIZO)

 

 LA CREATION MUSICALE : NATASCHA BIZO 

 LA POLITIQUE : JULES DORE NDONGO (actuellement ministre) pour ne citer que ceux lĂ  


Autres sites et blog du mĂȘme auteur : http://bendebonagraaf.e-monsite.com, http://benndebona.over-blog.com/pages/Bienvenue_chez_Benndebona-3718995.html

http://debona.blog.sfr.fr

                                                                                                

 

                                                                               FAITS DIVERS

 

 

                                                                             <==                ==>