VIVRE A BIDJOUKA

                                                                                          <=                                >>

 

La population de Bidjouka est à 98% agricole. Elle vit des revenus du cacao(introduit par l'allemand ZENKER vers 1889) et des récoltes des produits vivriers. Avec la baisse des ventes de cacao depuis 1989, les cultures vivriers ont pris une place importante dans l'économie traditionnelle. Ces produits servent désormais pour le petit commerce et pour la consommation locale. Bidjouka est le premier village à ravitailler la ville de Kribi en vivres frais. Une chasse ainsi qu'une pêche artisanales sont également pratiquées. Mais de plus en plus l'on se tourne vers les produits de substitution comme le riz, la viande de boeuf etc!!! Généralement, après la vente des produits vivriers on s'approvisionne en Pétrole, essence ou gasoil, sel, huile, savon, habit et pharmacie.

Parmi les fonctionnaires en poste  on distingue le chef de groupement ngumba, le directeur et les maîtres d'école, l'infirmier et son assistant.

Un bénévole chargé de la maintenance du château  d'eau.

 

Depuis un certain temps une nouvelle vague de travailleurs a vu le jour: les abatteurs ou bucherons ou encore des tronçonneurs. Une maison sur trois est détentrice d'une tronçonneuse. Les retraités sont en majorité détenteurs de ces engins et des groupes électrogènes.

Des  marchés sont organisés pendant la récolte du cacao entre Juillet et Janvier. Ces marchés drainent souvent une population féminine assez importante ce qui donne au village une allure de ville moderne.  On se ravitaille comme on peut, et c'est souvent le moment où le paysan de Bidjouka fait les affaires. Des boutiques ambulantes naissent ça et là.

 

  

                                           Une récolte de cacao

Le climat de Bidjouka est de type équatorial soumis aux quatre saisons :

 - une grande saison de pluies de mi-Août à mi-novembre (4 mois),

 - Une petite saison de pluies de mi-mars à mi-juin (3mois),

 - une grande saison sèche de mi-novembre à mi-mars(3mois)

 - une petite saison sèche de mi-juin à mi-août (2 mois).

 

Manger à Bidjouka, c'est d'abord faire face au plat traditionnel."macab na ndtoua", le macabo(sorte de tubercule) et une sauce à base de mangue sauvage qui rappelle la sauce au chocolat en France. Autour de ce plat tournent bien d'autres aussi variés qu'épicés.Par exemple bikuandè na nfûgu ( banane plantain et soupe du jus de noix de palme) 

    
   

            Une plantation de macabo.Tubercules de macabo(images Sandrine Tsoungui) ; à droite récolte de mango(sorte de mangue sauvage très prisée dans la sous région équatoriale) , extraction de son noyau qui sert à faire la sauce chocolat ! hummm très appétissant !

 

Bidjouka dispose d'une auberge à deux chambres sur les bords de la rivière Leptsobi à la rue du château d'eau. Sinon l'homme de bidjouka est très accueillant et peut vous héberger au nom de la solidarité africaine.

                                                                    

 Présence de puits d'eau potable à Bidjouka, Don d'une association Kwassio Océan Gospel à Lyon en 2010 ( au milieu Mr & Mme Ebenezer Mabari, donateurs)

 

Autres sites et blog du même auteurhttp://bendebonagraaf.e-monsite.com/accueil.htmlhttp://debona.blog.sfr.fr/http://benndebona.blogspot.com/,http://www.myspace.com/benbiermann,http://benndebona.over-blog.com/#


                                                                                                                  <<            <<

 

                                                                              

Service gratuit et accessible à tous

Créer mon site